Visite du Beemster, patrimoine mondial de l’humanité I

Villages, fermes et résidences secondaires
Cependant tout ce qui avait été planifié ne fut pas pour autant concrétisé. Il était prévu de fonder des villages aux cinq croisements de routes. En fait, un seul de ces villages planifiés fut créé au milieu du polder, à l’intersection de Rijper- et de Middenweg : Middenbeemster. En 1623, y fut également bâtie la première église, conçue par le maître d’œuvre amstellodamois Hendrick de Keyser. Les autres villages n’ont pas été conçus selon un plan mais par hasard. Westbeemster a résulté d’une enclave d’origine catholique et est devenu juste un village-rue situé entre deux intersections de routes. L’idée d’une grange à blé pour la population urbaine dut également être vite abandonnée. Bien qu’il y eut, les premières années, de bonnes récoltes après l’assèchement des terres, il s’avéra très vite que le sol était trop humide pour l’agriculture, à cause de l’affaissement des sols et de l’insuffisance des possibilités de drainage.  Le Beemster devint une région verte : une région d’élevage depuis laquelle la production laitière était commercialisée dans les villes. Le fromage du Beemster est un concept qui existe depuis déjà des siècles !
Koene met op de achtergrond de kerk van MiddenbeemsterUne quantité importante de bovins, en provenance d’Allemagne du Nord et du Danemark était amenée au printemps dans le Beemster, où ceux-ci étaient engraissés d’herbe tendre et savoureuse, pour être ensuite abattus en automne. L’élevage de bétail connut au cours des siècles passés de bonnes et de mauvaises périodes telles que le 18ème siècle, avec trois épidémies de peste bovine au cours desquelles presque deux-tiers du bétail furent décimés. Mais il y eut également des périodes de prospérité comme, notamment, la fin du 19ème siècle. En ces temps, beaucoup de fermes à toit en cloche étaient construites ou reconstruites avec de riches ornements sur la boiserie de la façade. La majeure partie du Beemster se compose encore aujourd’hui de terres cultivables.

F-vredenburgh 1649wLes ingénieurs du polder utilisèrent leurs propriétés également pour leurs propres besoins. Ils construisirent des résidences secondaires et des fermes d’agrément dans lesquelles ils séjournaient pendant les mois d’été, fuyant la chaleur et la puanteur des villes. Surtout dans le sud du polder, sur les routes Volger- et Zuiderweg s’élevèrent de très belles maisons de campagne avec des jardins aménagés géométriquement. Trente ans après son assèchement, le polder comptait déjà pas moins de 50 résidences secondaires. En raison du déclin économique et des changements de goût de l’élite, la plupart de ces maisons furent vendues et démolies. Il n’en reste aujourd’hui presque plus rien à voir..